Après le fort rebond des marchés, l’heure est à davantage de prudence

Dans le monde entier, décembre fut un mois «rouge». En effet, les propos tenus par Jerome Powell, le président de la Banque centrale américaine (Fed), selon lesquels les taux d’intérêt (à court terme) pouvaient encore augmenter, ont entraîné une vague de ventes sur les marchés boursiers. Or, ces derniers mois, la Bourse a pourtant connu un parcours remarquable.

En effet, c’est le même homme qui a rapidement inversé la vapeur. À peine quelques jours plus tard, il a retiré ses précédentes affirmations, en indiquant que la Banque centrale réagirait en fonction des données économiques. Ce fut un grand soulagement général, et le rallye boursier a commencé à la fin décembre.

Et maintenant? Le président Powell a à nouveau orienté le marché le 20 mars. Cette fois, il n’était plus question d’attendre des données. Néanmoins, il a déclaré qu’il n’y aurait plus de hausse des taux cette année. Les analystes ont froncé les sourcils: que cherche-t-il à nous dire? Y a-t-il plus d’incertitude au sujet de la croissance que ce que nous pensons? Ou est-ce justement l’inverse et la Fed ne considère plus l’inflation comme une menace? Vivons-nous toujours un conte de fées?

Dans tous les cas, dans les textes rédigés par la FED qui furent publiés il y a quelques jours, nous pouvons lire que leurs décisions dépendront de la manière dont les données évolueront dans les prochains mois.

Depuis son dernier discours, les bourses ont affiché une légère hausse. Ce sont surtout les taux d’intérêt, notamment celui à 10 ans, qui ont réagi sensiblement. Alors qu’il y a un mois, on obtenait encore un taux de 2,8% aux États-Unis pour un emprunt d’État à 10 ans, celui-ci est actuellement de 2,5%. Notons que cette tendance tire également vers le bas les taux d’intérêt dans la zone euro. À l’heure actuelle (12 avril), le taux des obligations d’État allemandes à 10 ans est de 0,02%, soit sensiblement supérieur au niveau de zéro.

Cette situation explique pourquoi nous jouons davantage la carte de la prudence en matière d’actions.

Découvrez ici un bref aperçu de l’économie, qui est à la base de notre stratégie d’investissement.